L’Hôpital Temiskaming prend plusieurs mesures pour régler le problème d’engorgement à l’hôpital. L’une de ces mesures consiste à aborder les questions de transport des patients. Le transport non urgent des patients est devenu un problème au cours des dernières années, à mesure que les services médicaux d’urgence (SMU) ont diminué leur offre de services de transport en raison de leur capacité, du budget et des préoccupations pour la sécurité des patients. Les SMU assurent néanmoins la prestation de ce service dans les cas urgents. À deux reprises, des solutions ont été retenues pour tenter de fournir ces services de transport non urgent dans la région. Toutefois, cela n’a pas fonctionné, car les solutions n’étaient pas viables sur le plan économique. L’Hôpital Temiskaming a conclu une entente à taux garanti avec Platinum Patient Transfer Services de Sudbury. Grâce à cette entente, l’Hôpital Temiskaming et ses patients auront accès à un véhicule réservé et aux services d’un personnel attitré pour le transport non urgent des patients. 

« Lorsque les patients n’ont pas accès aux soins dont ils ont besoin en temps opportun, comme une IRM, ou qu’ils ne peuvent pas retourner dans un établissement de soins de longue durée, par exemple, à cause du manque de solutions de transport, cela crée des situations qui ont un effet important sur les patients, notre personnel et le système de soins de santé », indique Erin Montgomery, chef des soins infirmiers et directrice des services aux patients à l’Hôpital Temiskaming. « Les employés ont passé d’innombrables heures à essayer de fixer des rendez-vous et d’organiser un service de transport, seulement pour apprendre que le service de transport était annulé à la dernière minute. Ultimement, cela a une incidence sur les soins. »

« Nous sommes heureux de faire partie de la solution pour les soins aux patients grâce à ce partenariat avec l’Hôpital Temiskaming, mentionne Scott Ryan, président de Platinum Patient Transfer Services. Nous avons hâte de travailler en vue d’améliorer le flux des patients, d’offrir un meilleur accès aux soins et de réduire les pressions qui s’exercent actuellement sur l’Hôpital et les patients. » 

Scott Ryan a indiqué que les hôpitaux prennent l’initiative et sont plus flexibles quant aux heures de rendez-vous lorsqu’ils savent qu’un service de transport désigné est disponible. La plupart des demandes de transport dans cette région sont du type « traiter et retourner », ce qui signifie que les deux étapes du transport sont réservées. Cela élimine également le problème récurrent survenant lorsque des patients et les personnes qui les accompagnent sont laissés à des établissements sans moyen de transport pour retourner à la maison ou à l’hôpital, améliorant ainsi la satisfaction globale des patients et l’efficacité du système. 

« Ce problème a été une source importante de frustration chez les patients et les familles, car ils doivent fréquemment prendre de nouveaux rendez-vous uniquement en raison du manque de services de transport », précise Mme Montgomery. « Lorsque les patients doivent attendre d’avoir accès à un service de transport pour des rendez-vous ou pour se rendre vers d’autres établissements, cela entraîne des retards dans l’hôpital. »   

« Ces retards sont l’un des facteurs qui contribuent au problème d’engorgement dans l’hôpital », souligne Mike Baker, président-directeur général de l’Hôpital Temiskaming. « À l’heure actuelle, près de 50 % de nos patients devraient se trouver dans d’autres établissements en raison de leurs besoins en matière de soins de santé. »

Pour répondre aux besoins de ces personnes, de plus en plus de patients doivent demeurer à des endroits inhabituels, comme au Service des urgences ou dans l’aire de réveil de la salle d’opération. Cela est peu pratique pour les patients et inefficace pour le personnel.

Par conséquent, l’Hôpital est en train de déplacer la chapelle et de rénover cette salle afin d’y ajouter deux lits supplémentaires. Cette pièce aura deux lits supplémentaires non financés que l’Hôpital pourra utiliser. Cependant, il est plus sécuritaire et plus efficace d’héberger les patients dans des chambres classiques. Ces chambres leur donnent aussi plus d’intimité, dans le respect de leur dignité.

« Même si le Réseau local d’intégration des services de santé du Nord-Est (RLISS du Nord-Est) a offert un financement supplémentaire pour des services de transport non urgent l’an dernier, nous continuons de collaborer avec le RLISS du Nord-Est pour offrir des services de transfert non urgent aux patients et pour obtenir un financement d’urgence en réponse à ces situations », ajoute M. Baker.

L’Hôpital Temiskaming souhaite remercier les membres de son personnel et de la communauté pour leur patience et leur compréhension pendant que continuons à déployer des efforts pour traiter ce problème dans l’ensemble du système de soins de santé.